VACANCES APPRENANTES
Nos enseignants se mobilisent et assureront une veille cet été du 1er juillet au 17 juillet,
puis du 17 août au 31 août (français, anglais et mathématiques).
Les ressources restent accessibles pendant tout l’été.
Comment aider mon enfant à rester concentré sur son travail

Accompagner parents et enfant dans la réussite scolaire durant cette période de confinement, c'est ce que vous propose Prof Express avec un rendez-vous hebdomadaire. Au menu de notre séance coaching : attention et intention, ou comment aider votre enfant à rester concentré sur son travail.


Episode 1/4 : "Au secours ! Chipeur m'a chipé mon attention !"

Alors qu'il a un travail d'histoire géo à faire (y'a pas que les maths à l'école !), votre enfant ne tient pas en place. Il se lève, tourne la tête, pour regarder dehors (ça lui manque tant en ce moment), fait « clic clic » avec son 4 couleurs, ou pire, hurle car il veut jouer à son jeu préféré, ou regarder sa série, empiler des Kappla… Bref il a un gros problème de concentration et son travail n'avance pas. Vos nerfs aussi sont mis à rude épreuve, tous les jours et vous vous demandez comment vous allez faire pour tenir jusqu'à la fin de cette… guerre. Depuis votre tranchée, l'horizon n'est pas rose… oh non !!! Mais où trouver le paquet « Attention » « Concentration » au supermarché ? Vous seriez prêt à le payer très cher j'en suis sûre ! Alors laissez-vous guider, je vais vous expliquer comment reprendre votre souffle, comment aider votre enfant à (re)touver son capital attentionnel. Vous serez fier(e) de vous quand il vous tendra son travail sur la première guerre mondiale sans qu'il y ait eu aucun cri dans la maison, vous savez comme dans la famille idéale ! Allez, on essaie ? De toute façon au point où vous en êtes, ça peut pas être pire hein ???

Etape n°1 : Aidez votre enfant à formuler une Intention (un but, un objectif) claire et précise.

Vous : « T'as quoi comme devoirs aujourd'hui mon chéri ? » (Oui c'est le matin, vous êtes encore frais et en forme, vous l'appelez mon chéri…pour l'instant !).
Lui/elle : J'ai de l'histoire… pfff trop nul...
Vous : (vous restez calme) hum, de l'histoire…Tu peux être plus précis(e) ?
Lui/elle : Ben de l'histoire quoi, ché pas moi…C'est quoi ste question ? (il/elle se méfie, reste caché dans sa capuche de sweet, le même depuis 3 semaines… ça sent l'embrouille)

Principe n°1 : Seule une Intention claire permet de rester attentif

Amenez votre enfant à formuler clairement, précisément ce qu'il a à faire. Faire de l'histoire n'est pas une intention. Mais, préparer un écrit d'une page sur les causes de la seconde guerre mondiale, oui ! Voilà l'intention, le but, l'objectif ou, pour les plus petits la « Maximission » du super héro. Être attentif c'est rester focalisé sur cette intention. Et il n'y a qu'une intention à la fois. Non personne ne peut être attentif à plusieurs choses à la fois et être un homme ou une femme ne change rien à l'affaire !!! On en reparlera au cours de notre série...

Oui mais comment faire ?

Proposer aux plus grands d'écrire sur leur agenda ou sur leur planning de la semaine l'Intention ou le but, ou l'objectif. Ils choisissent le mot qui leur convient, qui leur parle le plus. Non ce n'est pas vous qui choisissez, vous le leur demandez… Au début, ils vont se méfier de ce nouvel état démocratique qui s'installe à la maison mais ils vont s'y faire et vous allez vous rendre compte au fil du temps que ça change tout … ça aussi on en reparlera.

Pour les plus petits, demandez-leur de choisir une peluche, une mascotte qui sera leur superhéro, leur maximission. Ils la posent sur leur bureau et épingle dessus la maximission à réaliser (qu'ils ont écrit au feutre dans la couleur qui leur plaît sur un bout de papier). Ça marche aussi pour les plus grands avec une cage de foot miniature ou un panier de basket miniature ou une voiture miniature, bref ce qu'ils « kifent » le plus et qui évoquent pour eux un plaisir, une envie. Cette mascotte sera le point d'accroche de leur attention et le point de retour quand elle aura tendance à s'échapper. Hop !!! je reviens vers ma mascotte…et donc vers mon intention, ma maximission…Vous avez pigé le truc ??? La mascotte vous remplace !!! C'est elle qui fait les gros yeux quand l'attention s'échappe...

Etape n°2 : Aidez votre enfant à définir les actions à mettre en œuvre (les minimissions) pour atteindre l'intention, vite et bien !

Vous : « Une page sur les causes de la seconde guerre mondiale, super ! Tu vas t'y prendre comment ?

Note de la scénariste : oui c'est encore vous qui demandez à votre enfant comment il va s'y prendre. C'est fou, non ? Même petit, il peut être responsabilisé dans sa stratégie d'apprentissage.

Lui/Elle: (un air encore plus étonné, genre : tiens il/elle ne me dit pas «fais ci, fais ça… ») : « Ben ché pas moi, pfff ça ma saoûle... »
Vous : (grande respiration, sang froid, calme). J'ai vu un truc pas mal justement sur le dossier coaching de Prof Express pour être efficace et faire vite et bien ses devoirs. Tu veux que je t'explique ? (Et oui, vous demandez encore à votre rejeton son autorisation...)
Lui/Elle : (un air encore plus étonné : pas de cri, pas de tu..tu..tu en mode morale, détente faciale, baisse des défenses, confiance, limite sourire) « Ben ouai y'a moyen »...

Principe n°2 : Les « minimissions », les actions concrètes sont au service de l'intention (de la «maximission », du but, de l'objectif)...

Pour les plus grands, il peut y avoir des petits personnages, comme les mignons de Moi Moche et Méchant, associés à chaque action, que votre enfant a identifiée pour réaliser son travail (3 ou 4). Quand l'action est finie, ils peuvent enlever le personnage de la table, voire même le jeter en l'air à la Russe… Attention derrière !!! Ou alors, ils listent chaque action à faire sur leur agenda avec des cases à cocher qui sont barrées à chaque fin de tâche. Ouah, ça fait du bien, ça soulage, on se sent léger !!!



Pour les plus petits, chaque action identifiée (lire la leçon, prendre son cahier du jour, écrire les phrases, relire, corriger les petites fautes etc…) peut être associée à un cube, ou un kappla posé sur le bureau. Le cube va dans une boîte quand l'action est finie. Mais seulement quand elle est finie et bien finie ! Sinon, on ressort le cube de la boîte ….On nous la fait pas !! Votre enfant prendra conscience ainsi que l'action quand elle est bien faite, c'est fini, alors que quand il bâcle, il perd du temps.

Principe bonus : Pour ceux qui ont du mal à résister à de multiples tentations, type jeux vidéo etc...

Chaque action, cube, mignons ou case à cocher, peut donner droit à du temps de plaisir (5 minutes par cube par exemple, calculez bien avant). Ainsi, votre enfant prend conscience que son effort est au service de son envie. On en reparlera dans les épisodes suivants. Veillez au temps d'attention que vous demandez à votre enfant. Plus il est jeune, plus chaque minimission sera courte. Petit repère : âge – 2 = temps d'attention en min pour une minimission. Exemple : votre enfant de 10 ans, se concentrera en moyenne 8 minutes sur une minimission. Quand l'attention s'échappe, hop…on revient vers sa mascotte !!! Comme quand on tombe de la poutre, on remonte ! Ce n'est pas grave…on peut même mettre une barre à chaque fois que l'attention s'échappe et constater que parfois il y en a peu, d'autres fois davantage... Mais on progresse petit à petit…on valorise.


Résumé de notre séance coaching

L'attention est la capacité à activer les zones du cerveau dont on a besoin pour réaliser notre Intention (une seule et unique claire et précise) et à faire taire (inhiber) les autres. Notre attention s'échappe sous l'effet de perturbateurs internes (la petite voix qui nous parle, nos pensées qui vagabondent) et externes (le téléphone, la télé, les jeux vidéos, mon enfant qui m'appelle alors que je suis en conf-call !!!). C'est normal et inévitable.
La capacité à éloigner les perturbateurs attentionnels, les distracteurs, évolue avec l'âge car elle dépend d'une partie du cerveau appelée Cortex préfrontal (derrière le front) qui n'est pas mature avant une vingtaine d'année (allez courage !!!).
En travaillant son équilibre attentionnel, être attentif ne demande plus d'effort. On est conscient de « tomber de la poutre parfois » (nous adultes aussi, avouons-le) et d'y remonter sans effort quand on a quitté des yeux (ou plutôt de la tête !) notre intention.

Autrice : Violaine Manconi pour Prof Express
Professeure certifiée, coach scolaire certifiée et consultante en Neurosciences.
Cet outil est inspiré des travaux de Jean-Philippe Lachaux.

En poursuivant votre visite sur ce site, vous acceptez l'utilisation de traceurs pour réaliser des statistiques de vos visites. Lire la politique de confidentialité.