L'art : le jugement esthétique

Jugements empirique, déterminant et réfléchissant sont au centre de ce cours de philosophie en ligne sur l'art.

Ce qui différencie fondamentalement un jugement scientifique d’un jugement esthétique, ce n’est pas leur vérité ou leur fausseté, mais l’impossibilité de démontrer le jugement esthétique. Qu’un jugement ne puisse pas être démontré ne prouve pas qu’il est faux, mais il est impossible de prouver qu’il est vrai, c’est-à-dire valable universellement. Dans sa théorie générale du jugement, Kant distingue trois types de jugement : le jugement empirique, le jugement déterminant et le jugement réfléchissant.

> L'art : qu'en pensent les philosophes ?

> 3 grandes questions sur l'art en philosophie

Le jugement empirique

Il s’agit d’un jugement purement subjectif, lié à l'état de mes sens et à ma façon de me rapporter aux choses. Ce jugement s’exprime comme un constat. Par exemple : « j’aime la mousse au chocolat ». Ce jugement ne produit aucune connaissance de l’objet. Il exprime seulement le rapport que j’entretiens avec les objets que je perçois.

Le jugement déterminant ou démonstratif

Ce jugement consiste à attribuer une qualité générale à un objet. Par exemple, lorsque je dis que cette tulipe est rouge, ou que le ciel est bleu. C'est un jugement, parce que je crée un lien entre le particulier (la tulipe regardé) et le général (la couleur rouge). J'attribue à cette fleur une qualité, et pour ce faire, je dois disposer du concept « rouge ». Ce n'est pas qu'une constatation, mais un véritable jugement qui peut avoir une valeur scientifique, car il doit pouvoir résulter d'une démonstration (l'optique démontre pourquoi la tulipe parait rouge). Ce jugement n’a pas pour fin d’exprimer ma subjectivité, mais prétend indiquer de façon objective comment les choses se rapportent les unes aux autres. C’est ce type de jugement qui constitue le jugement scientifique.

Le jugement réfléchissant

Le jugement réfléchissant correspond au jugement esthétique. Mon jugement prétend à l'universel (c’est-à-dire qu’il se veut objectif et non pas subjectif) tout comme un jugement scientifique, mais je ne suis pas en mesure de le démontrer. Kant l’appelle « réfléchissant » parce qu'il réfléchit ma sensibilité. Il part d'une donnée sensible particulière (le plaisir produit) pour ensuite prétendre à une universalité (le beau) impossible à justifier.

cours de philo,  différence entre un jugement empirique, scientifique et esthétique

Qu'avez-vous pensé de cet exercice ?

Cliquez sur une étoile pour noter.

Note moyenne 0 / 5. Compte des notes 0

Pas de note pour le moment.

Informations abonnement
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram