Aider votre enfant à garder ou retrouver son calme

Comment aider mon enfant à garder ou retrouver son calme pendant les devoirs

Apprendre aux enfants à rester zen notamment lors de la séance des devoirs permet aussi aux parents de se contrôler. Suivez notre séance de coaching familial !

Episode 3/4 : "Maître Shifu s'invite chez vous et vous enseigne la zénitude"

Depuis plusieurs semaines, vous ressentez, plus que jamais auparavant, ce sentiment très désagréable d'être débordé(e), dépassé(e). Vos enfants aussi se plaignent de ne pas pouvoir faire face à toutes les exigences de leurs enseignants ors des séances de devoir en ligne. Sans compter les problèmes de connexion qui vous font perdre un temps fou. Vous envisagez souvent un déménagement définitif sur une île déserte. Mais, vous êtes vite rattrapé(e) par les hurlements de vos enfants qui n'arrivent pas à se connecter à leur classe virtuelle. Car, non content(e) de gérer votre propre surcharge de travail, d'activités familiales (et oui, c'était bien quand vos trois monstres mangeaient à la cantine hein ?! Et quand le ménage était fait à votre retour aussi n'est-ce pas ?), vous devez gérer les « pétages de plomb » de vos enfants, voire ceux de votre conjoint(e), de vos amis etc. D'ailleurs, vous-même sortez de vos gonds régulièrement, sans toujours comprendre pourquoi. Alors, comment ne pas se laisser dominer par ce trop-plein de stress et garder le contrôle sur les évènements ? Est-ce seulement possible ? Oui, vous pouvez y arriver, tous ensemble. Allez, on s'y met ?

Etape n°1 : Aidez votre enfant à passer en « mode lent »

Lui/Elle : Cris « J'en ai marre, je vais tout laisser tomber, ras le bol de ces profs qui mettent des fichiers partout, on retrouve rien, et puis ça rame ce matin, j'peux plus voir ce sablier qui tourne pendant mille ans !!! Ça m'soooûûûllllle ». Puis, pleurs, effondrement… « Papa/Maman, j'en peux plus !!! ».
Vous : Cris « Ben, moi aussi j'en ai marre !!! mon patron s'rend pas compte… j'ai deux fois plus de boulot que d'habitude, et en plus je dois m'occuper de vous, faire les courses, les repas, le ménage, rassurer tout le monde… Et moi, qui se soucie de moi hein ??? ». Puis, pleurs, effondrement… « j'en peux plus !!! ».
Votre attitude a le mérite d'interloquer votre enfant. Mais en même temps, vous ne pouvez pas rester tous ensemble, à pleurer dans votre salon. Vous sentez bien qu'il faut réagir, trouver une issue, pour tenir les quelques semaines qui nous séparent de notre libération ! Un changement s'impose…

Principe n°1 : Accueillir l'émotion en mode parasympathique ou mode lent

Le stress que vous ressentez quand vous êtes débordé(e), dépassé(e) provient d'une émotion qui peut être, dans ce cas, la peur ou la colère : peur de ne pas y arriver, colère de se sentir incompris(e) etc… Elle est légitime et a le droit d'exister. Elle est comme un message envoyé par votre corps pour vous inviter à vous poser. Quand vous êtes dans cet état-là, vous remarquez d'ailleurs que le raisonnement, la pensée, la mémoire, la concentration, le discernement sont bloqués ou de piètre qualité. Vous fonctionnez selon un mode appelé « système nerveux périphérique sympathique ». Je vous l'accorde, il ne porte pas très bien son nom. C'est un mode automatique, rapide, qui provoque une accélération du rythme cardiaque, des tensions musculaires ainsi que toutes les autres manifestations que vous connaissez bien (sudation, respiration courte, mauvaise digestion, etc.). Mais pas d'inquiétude, votre sauveur existe : il s'appelle « système parasympathique ». Il fait tout l'inverse. Il ralentit là où le sympathique accélère, il détend là où le sympathique contracte. C'est l'ange quand l'autre est le démon (en tout cas dans la situation qui nous préoccupe aujourd'hui). Votre salut viendra d'abord de l'accueil de l'émotion, sans la juger, ni la refouler. Vous constatez simplement qu'elle est là. Où est-elle d'ailleurs : au niveau du ventre ? de la gorge ? de la tête ? des jambes ? Souhaitez-lui la bienvenue… Si si ! Puis, vous effectuez un aiguillage vers le système parasympathique. « Oui mais comment, ma p'tite Dame ?! ». Je vous propose, pour ce faire, un exercice de respiration. Il est très simple et peut être pratiqué avec des enfants, petits ou grands.

Retrouvez ici l'ensemble de nos offres de soutien scolaire en ligne au service de la réussite scolaire !

Placez-vous en position confortable, assis ou allongé. Ouvrez la main droite, les doigts bien écartés. Placez l'index de la main gauche à la base du pouce de la main droite. Avec l'index de la main gauche, caressez votre pouce droit, du bas vers le haut, en inspirant, et expirez en redescendant vers la base de l'index droit. Respirez au niveau ventral : le ventre se gonfle comme si vous gonfliez un ballon de baudruche à l'inspiration et se contracte à la fin de l'expiration. Puis, inspirez en remontant vers le sommet de l'index droit et expirez en redescendant vers la base du majeur droit, etc. jusqu'à l'auriculaire droit. Tout se déroule comme si votre index de la main gauche se promenait le long de vos doigts de la main droite. Petit à petit, ralentissez le rythme de la respiration : allongez la durée de l'inspiration et de l'expiration. A la fin d'un passage complet sur toute la main ouverte, on focalise sur son front : est-il lisse et détendu ? Puis, sur ses yeux : sont-ils décrispés ? Puis, sur sa mâchoire : est-elle libre et décontractée, les dents desserrées, la langue libre ? Et on passe à l'autre main pour un cycle complet. Sentez comme votre corps commence à se détendre…Vos pensées sont plus claires. Vous commencez à passer en mode neurovégétatif parasympathique. Prenez le temps, à la fin de cet exercice, d'observer votre corps. Comment vous sentez-vous ? Y-a-t-il un changement par rapport au début de la séance ? Si oui lequel ? ou Lesquels ? Petit bonus : avec les petits, on révise le nom des 5 doigts de la main !

Alors, je vous entends déjà me dire : « Je n'ai pas le temps, j'ai autre chose à faire, ça ne sert à rien, ça ne marche jamais sur moi etc. ». Et là, en tant que coach, mon devoir est de vous demander : « Avez-vous envie que la situation change ? S'améliore ? » Si votre réponse est « Oui », je vous invite à vous offrir, ainsi qu'à vos enfants, ce temps- là. 15 minutes dans la journée, autorisez-vous à entendre et sentir (grâce au toucher du doigt), votre respiration emplir votre corps d'un air nouveau. Vous pouvez aussi penser que vous inspirez un air frais et pur et que vous expirez tout ce qui vous dérange, vous pollue… Vous le repoussez au loin, très loin !

Etape n°2 : Exprimez vos besoins

Vous : A grands cris « Mais c'est pas possible !!! Personne n'a eu l'idée d'étendre la lessive depuis trois jours !!! Elle pue le moisi !!! Il faut que je fasse tout dans cette maison !! Je suis pas votre boniche hein ? J'ai pas fait 5 ans d'études pour ça !!! Ras le bol de cette bande de fainéants », etc., etc. Voilà une source régulière de ce que l'on évoquait juste au-dessus. Une grosse colère…
Votre fils (le seul courageux sorti de sa chambre en vous entendant ; en fait, il voulait aller à la cuisine prendre son petit déjeuner… à midi !) : « Mais pourquoi tu cries Maman ? Si tu veux qu'on étende la lessive, t'as qu'à le demander… »
Vous (Au bord de l'étranglement) : « Mais je n'ai pas envie de demander, je veux que vous y pensiez sans que je vous le dise !!! » Votre fils (la bouche pleine de brioche) : « Ah, ben t'étonne pas alors, on n'est pas dans tête… ». Et il repart dans sa chambre, en vous laissant seule avec votre désespoir, au bord des larmes.

Principe n°2 : Exprimez votre besoin et formulez une demande claire, réalisable

Oui, je sais, cela va être dur à reconnaître, mais votre fils a entièrement raison. Avant d'être débordé(e), exprimez vos besoins et vos demandes pour que tout se passe bien dans la maison. Même les plus petits peuvent comprendre, si vous leur expliquez les choses calmement, en amont. Les demandes ne sont pas des exigences. Elles sont formulées avec tact et au conditionnel. Quand la demande est posée, on recueille l'accord de la personne concernée. Vous devenez un(e) super négociateur(trice) du GIGN ! Surtout, vous abandonnez le mode « reproches », qui est une impasse. Pourquoi ne pas faire un planning de la semaine affiché sur le frigo, avec des pictogrammes ou des magnets pour les plus petits ? C'est un lieu de rassemblement fréquent : ils ne pourront pas dire qu'ils n'ont pas vu !! Placez-y les tâches ménagères réparties de manière juste et cohérente entre tous les membres de votre communauté, vous compris. Rajoutez les horaires où vous ne pouvez pas être dérangé(e) dans votre travail. Programmez le temps de détente décrit ci-dessus. Anticiper est le plus sûr moyen de parvenir à tout faire. Cela évite de se laisser guider, dominer par les émotions. Vous continuez à fonctionner en mode lent. Et vous valorisez votre enfant, en lui montrant que vous avez confiance en ce qu'il peut faire. Sur votre planning, entourez son nom d'un smiley rigolo, quand sa tâche est finie et bien faite. On retrouve les principes de l'intention et des minimissions décrits dans l'épisode 1. Pour les semaines à venir, vous pouvez aussi laisser vos enfants programmer la suite de cette répartition, sauf si l'ambiance générale devait tourner à une guerre de tranchée bien-sûr ! C'est vous le général… Vous contrôlez la justesse du plan de bataille !

Résumé de notre séance coaching parents enfants

1) Quand l’émotion vous submerge, au risque de déclencher une crise, passez en mode lent.. Offrez-vous, 15 minutes par jour, un temps de respiration et de méditation seul ou en famille. La caresse de la main décrite ci-dessus, un exercice de cohérence cardiaque, un moment de méditation guidée…Vous en trouverez sans difficulté sur le net.
2) Pour vivre au mieux le quotidien, exprimez vos besoins et formulez des demandes claires, quittez le mode « reproche » : attendre de votre entourage qu’il devine vos pensées est une grosse prise de risque ! Dites plutôt ce que vous souhaitez, ce qui vous aiderait, et écrivez-le pour que chacun sache ce qu’il a à faire. Cela évite les disputes inutiles entre enfants et le senti de frustration, que vous pourriez avoir, en étant déçu(e).

Autrice : Violaine Manconi pour Prof Express.
Professeure certifiée, coach scolaire certifiée, consultante en Neurosciences.

numéro 1 du soutien scolaire en ligne
Informations abonnement
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram