Comment écrire une introduction de mon devoir de philo sur la notion de travail ?

Réponse :

La notion de travail au centre de ce cours de philosophie niveau lycée. Ton prof de soutien scolaire en ligne t'explique comment rédiger l'introduction de ton devoir.


Le travail, réalité quotidienne, est une notion controversée. A regarder l'humanité depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, il semble que les hommes aient toujours œuvré pour leur survie, que chacun s'emploie à transformer la nature pour garantir ses conditions d'existence, satisfaire à la fois ses besoins et ses désirs. Selon la Genèse, récit biblique de la formation originelle de l'humanité, la faute qui fit sortir l'homme de sa condition édénique, le condamnait à une existence de dur labeur : « A la sueur de ton front tu gagneras ton pain ». Pourtant, depuis l’époque moderne, le travail n’est plus systématiquement perçu comme une aliénation, mais au contraire comme un vecteur d’émancipation, de réalisation de soi (un carriériste est ainsi une personne ambitieuse qui cherche l’avancement professionnel et la réussite sociale), et de maîtrise de la nature. Le travail est-il alors malédiction ou aspiration ? Se définit-il avant tout comme une nécessité liée à la conservation ou comme activité spirituelle pénétrant la matière ? 


Travail et homo faber selon Bergson


Nous envisagerons d'abord le peu de considération, voire le mépris accordé au travail. Le travail, lié à une vie de souffrance, a en effet d’abord été perçu comme une malédiction et une fatalité. Les grecs instaurèrent l’esclavage afin de s’en prémunir. Nous verrons ensuite comment, à l’époque moderne, le travail s’est vu peu à peu réhabilité. Avec Diderot et les encyclopédistes, le travail devient valeur, vertu, idéal, promotion, émancipation et progrès. Spécificité de l’homo faber selon Bergson, le travail représente l’élévation sociale, le savoir-faire, l’utilité, l’efficacité, la réussite. Il contribue également à l’épanouissement dans la sphère privée, grâce aux fruits qu’il apporte. A partir des lumières, on commence à concevoir le travail comme conquête et maîtrise du monde. Nous sommes à l’aube de bouleversements socio-économiques considérables. L’ère qui suivra sera l’ère du travail généralisé.


Aller plus loin dans ce cours de philo ?


Retrouve notre vidéo :

Travail positif et négatif en philosophie


Travail positif et négatif en philosophie




Cette question a été utile ?

Moyenne de 5 sur 5 pour 18 votes.