Quelle est la différence entre le droit positif et le droit naturel ?

Réponse :

Quelle est la différence entre le droit positif et le droit naturel ? Réponse avec ce cours complet de philosophie.


La notion de droit peut se retrouver au centre d'un sujet de bac de philosophie. Ton e-prof de soutien scolaire en ligne te propose ce cours complet niveau terminale pour traiter la question.


Qu'est-ce donc que le droit ?

Le droit est la norme, c’est ce qui doit être ; il s'oppose en cela au fait, car le fait c’est ce qui est. Le droit est donc normatif : il dicte ce qui doit être. Sur quoi le droit se fonde-t-il ? Quelle est son origine ? D’où tient-il cette autorité qui le caractérise ? Il s’agit de distinguer entre le droit dit positif et le droit dit naturel. Le droit positif est un droit humain, donc subjectif, conçu par les hommes. Le droit naturel est par contre un droit absolu, sensé être valable pour tous les hommes : il est par conséquent universel car issu de la nature humaine elle-même universelle.


Le droit positif 


Le droit positif a une origine conventionnelle, il est issu d'un accord entre les hommes, en général afin de mieux vivre en société. Ce droit varie d’une communauté humaine à l’autre car il possède un fondement culturel. Il est constitué par les règles, les coutumes, etc. qui organisent une société donnée.

Le positivisme juridique consiste à affirmer que tout droit est positif et donc relatif : aucune loi ne saurait prétendre à l’universalité et être valable pour l'humanité entière. Ce courant de pensée qui exclu le droit naturel est notamment défendu par les sophistes grecs, Hobbes, Comte, Durkheim et Marx.


Trois éléments fondamentaux du droit positif

• Le droit positif est lié à une justice légale ; il est incarné dans la loi. Il ne considère pas le mobile des actions, mais uniquement ses résultats.

• Le droit positif, pour être respecté, a besoin d’une force de contrainte.

• Le but du droit positif n’est pas moral. Il ne vise pas à rendre les hommes meilleurs. Son seul objectif est de maintenir la paix en faisant respecter l’ordre. 


Le droit naturel


Les défenseurs du droit naturel avancent que le droit positif ne peut recevoir de fondement que d’une norme juridique supérieure valable pour tous en tout temps : le droit naturel. Le droit naturel se fonde sur la nature humaine, laquelle, en tant qu’elle possède des caractéristiques universelles, peut légitimement revendiquer des droits qui ne dépendent aucunement des circonstances. Cette approche universaliste du droit a des conséquences morales. En effet, certaines actions doivent pouvoir être jugées mauvaises, quelle que soit la société dans laquelle elles sont commises. Le droit naturel tend donc vers un idéal moral. Plutôt que de s’interroger si une action est légale, il se demande si elle est légitime. Il établit des lois fondamentales auxquelles le droit positif doit se référer.


Le droit naturel n’est pas le droit de la nature

« Le droit de la nature est [...] l’existence de la force brutale et le domaine où prévaut la violence ; un état de nature est un état où règnent la brutalité et l’injustice, sur lequel on ne saurait rien dire de mieux que : il faut en sortir. La société, au contraire, est la condition où le droit se réalise ; ce qu’il faut restreindre et sacrifier c’est précisément l’arbitraire, et la violence de l’état de nature »  Hegel, Précis de l’Encyclopédie des sciences philosophiques. 

Cette question a été utile ?

Moyenne de 5 sur 5 pour 7 votes.