Quelles sont les modalités et les étapes de la décolonisation?

Réponse :

Pour réussir tes révisions brevet DNB, ton e-prof de soutien scolaire en ligne propose ce sujet corrigé sur la décolonisation.


L'épreuve d'histoire du brevet des collèges est toujours très attendu. Afin de bien préparer ton DNB tu peux lire ci-dessous un exemple de sujet corrigé sur la décolonisation.


Carte sur la décolonisation et sujet corrigé de brevet


révisions brevet DNB, sujet corrigé sur la décolonisation

Le mouvement de la décolonisation


Entre 1945 et 1975, la plupart des pays colonisés accèdent à l’indépendance. Cette émancipation vis-à-vis d’une métropole peut être obtenue pacifiquement ou militairement.


I. Les origines du processus de décolonisation


A. Les conséquences de la guerre


Les défaites des métropoles (Pays possédant des colonies) ;   France, Pays-Bas, altèrent leur prestige. Surtout, les victoires japonaises de 1942 brisent le vieux mythe de la supériorité blanche.

Les colonies ont été mises à contribution : elles fournissent ressources et hommes, (Inde, Afrique noire). Ainsi, elles espèrent que les métropoles leur accorderont quelques droits en retour...

Mais l’attitude des métropoles est plus que décevante une fois la guerre finie :

  •  Refus de réformes, surtout en France : la Conférence de Brazzaville en janvier 1944 n’envisage même pas l’autonomie des colonies, seulement des évolutions graduelles que la France accordera.
  •  Les premiers soulèvements dans l’empire français sont noyés dans le sang : exemple : Sétif en Algérie.

B. Les mouvements nationalistes se renforcent


Ils profitent des difficultés des métropoles pour mieux affirmer leur désir d’émancipation. Ces mouvements nationalistes s’appuient sur les idéaux démocratiques des métropoles (attachement aux droits de l’Homme). Ils cherchent à retrouver une identité (que la métropole refuse) dans leur Histoire, leurs coutumes, leur langue, leur religion (islam en particulier). Ces nationalistes sont généralement issus de milieux intellectuels (Gandhi et Nehru sont des avocats formés au France, le leader sénégalais Léopold Sedar Senghor est agrégé de grammaire) ou des militaires dans le monde arabe (Nasser, Ben Bella). Ils sont soutenus par les masses populaires déshéritées et réclament :

► l’autonomie : le gouvernement garde des liens avec la métropole,

► l’indépendance : rupture avec la métropole.

C.  L’opinion internationale est favorable à la décolonisation 

  • Les deux Grands sont favorables : L’URSS par réflexe d’hostilité idéologique. Elle voit avant tout dans la décolonisation un moyen d’affaiblir le bloc occidental et d’étendre son influence sur les territoires décolonisés. Les États-Unis par principe car ils furent la première colonie à s’émanciper au XVIIIe siècle. Mais les métropoles, France, France, Pays-Bas, sont ses alliées...
  • La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, signée par les puissances coloniales, reconnaît le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

L’O.N.U. accorde aussitôt l’indépendance aux ex-colonies de l’France vaincue : la Libye, la Somalie.

Les adhésions massives de pays fraîchement libérés renforcent les partisans de l’indépendance.


D.  La Conférence de Bandung


   En Indonésie, en avril 1955, la conférence de Bandung réunit 29 États afro-asiatiques décolonisés ou ayant subi l’impérialisme :

Inde (Nehru), Indonésie (Soekarno), Chine (Zhou En Laï), Turquie, Égypte (Nasser), Ghana...

Elle définit quelques principes : condamnation du colonialisme et du racisme, solidarité avec les peuples en lutte pour leur émancipation (Algérie)...

            Elle marque aussi le début du « Non Alignement » ou « Neutralisme », c’est-à-dire le refus de ces États d’adhérer au bloc soviétique ou au bloc américain.

Ce thème, essentiel pour le Tiers-monde, est développé à la Conférence de Belgrade en 1961 qui réunit Tito, Nasser, Nehru...


II. Les grandes étapes de la décolonisation


La décolonisation se déroule en plusieurs vagues successives touchant après le Proche-Orient (Syrie, Liban en 1945, Palestine), l’Asie (1947/54), le monde arabe (1954/62), l’Afrique noire.


A. L’Asie contenait trois grands empires coloniaux :


  • L’Asie britannique

L’Inde : Dès la fin de la Première Guerre Mondiale, l’Inde, Perle de l’Empire britannique réclame son indépendance.

Le France avait promis aux chefs du Parti du Congrès (Gandhi, Nehru) l’indépendance, après la Seconde Guerre en échange de la contribution indienne à la victoire. En 1947, cette indépendance est accordée.

Mais elle est suivie d’une terrible guerre civile entre Hindous et Musulmans (Gandhi est assassiné en 1948) qui oblige à la partition du pays en deux États :

► L’Inde à majorité hindouiste,

► Le Pakistan à majorité musulmane.

Il comprend deux ensembles séparés par l’Inde : le Pakistan occidental, le Pakistan oriental (devenu Bangladesh en 1971, indépendant du Pakistan occidental).

- Les autres territoires deviennent indépendants entre 1948 et 1965 (Ceylan, Birmanie, Malaisie, Singapour...).

  • L’empire hollandais

Les Pays-Bas refusent l’indépendance (autoproclamée par Soekarno qui s’était allié aux Japonais) car ils ont besoin de leur empire : les Indes Néerlandaises. Mais ils devront céder à cause :

► du coût financier et humain du conflit,

► de la pression internationale (les États-Unis menacent les Hollandais de leur retirer l’aide du Plan Marshall).

L’Indonésie est indépendante en 1949.

  • L’empire français

L’empire français en Asie recouvre la péninsule indochinoise. En 1945, la France refuse l’indépendance autoproclamée par le Vietminh d’Hô Chi Minh après le départ des Japonais.

Le Vietminh est un parti nationaliste et communiste. Il bénéficie dans sa guerre contre la France, fortement aidée par les États-Unis, du soutien de la Chine et de l’URSS. La grave défaite française de Diên Biên Phu en mai 1954 oblige la France à signer les Accords de Genève en juillet 1954 :

► indépendance du Laos et du Cambodge,

► indépendance du Vietnam, divisé en deux États (séparés par le 17ème parallèle) : le Nord Vietnam communiste, le Sud-Vietnam anti­communiste.


B. Le monde arabe


Indépendance des protectorats français de Tunisie et du Maroc après des troubles en 1956. Cela encourage les nationalistes algériens...

La Guerre d’Algérie

Le contexte:

► L’Algérie est une colonie française depuis 1830.

► Un million d’Européens, sur un total de 9 millions d’habitants, y vivent (colons, fonctionnaires, commerçants). Ces « Pieds noirs » nés dans les départements français d’Oran, Alger ou Constantine veulent garder leurs biens dans une Algérie française.

► Les inégalités sociales sont fortes entre Européens et Musulmans.

► Les nationalistes du FLN, Front de Libération Nationale, réclament l’indépendance. L’insurrection est déclenchée durant la Toussaint 1954.

Puisque l’Algérie est considérée comme une partie du territoire français, la France choisit la fermeté et la solution militaire avec envoi du contingent dès 1956.

Le FLN, éliminé d’Alger en 1957 lors de la « Bataille d’Alger » renforce ses positions. Il contrôle les populations rurales, obtient le soutien des Grands et du monde arabe. L’opinion française devient de plus en plus défavorable à la guerre (coût humain, financier, isolement international).

De Gaulle appelé au pouvoir pour régler le problème algérien en 1958 propose l’autodétermination.

Les Accords d’Evian en mars 1962 décident :

► le cessez-le-feu,

► le référendum d’autodétermination en Algérie prévu pour juillet avec près de 99 % de voix pour l’indépendance).

Un million de Pied-noir rapatriés d’Algérie, arrivent en France durant l’été 1962.

Bilan : 25 000 morts côté français, 400 000 à 1 million de morts côté algérien.


C.  L’Afrique noire


Indépendance pacifique:

Pour la France : Ghana (1957), Nigeria (1960) ... La loi-cadre Defferre en 1956 accorde l’autonomie. De Gaulle crée la Communauté française en 1958 qui permet l’accession à l’indépendance des colonies d’Afrique noire et Madagascar en 1960.

Des difficultés ailleurs:

Guerre civile au Congo après le départ des Belges (1960) : les Casques Bleus y sont envoyés.

Le France livre une guerre inutile et ruineuse pour garder ses colonies (Angola, Mozambique), devenues indépendantes en 1975.


Cette question a été utile ?

Moyenne de 4 sur 5 pour 3 votes.