Quelles différences entre discours direct, indirect et indirect libre ?

Réponse :

Dans ce cours de français niveau collège (4e 3e), ta prof de soutien scolaire en ligne te dit tout sur le discours rapporté.


Discours direct ? Indirect ? Ou indirect libre ? On peut vite se perdre… Voici donc une fiche récapitulative afin de vous aider à mieux repérer ces trois types de discours (appelés « style » parfois aussi) et bien préparer ton brevet.


Qu’est-ce qu’un discours rapporté dans un récit ? Définition


On parle de discours rapporté lorsque le récit – soit la première situation d’énonciation prise en charge par le narrateur –  est amené à citer la parole d’un ou plusieurs personnages : une seconde situation d’énonciation se met alors en place. Ce discours rapporté peut prendre trois formes :

  • Le discours direct.

  • Le discours indirect.

  • Le discours indirect libre.




1/ Le discours direct

  • Paroles du personnage rapportées telles quelles, sans modification
  • Verbe introducteur possible : déclarer, dire, affirmer, s’écrier, répondre, demander
  • Guillemets, italiques, tirets
  • Rupture dans le récit
  • Rend le récit plus vivant


Aussitôt que ses amis furent réunis, il leur dit : « Je vais vous soumettre le cas le plus bizarre et le plus inquiétant que j’aie jamais rencontré. »

Le Horla, Guy de Maupassant. 1886

  • Le verbe introducteur donne souvent une précision sur le ton de la parole du personnage : siffla-t-il, hurla-t-il, murmura-t-il, gronda-t-il…

Un de ces messieurs s’écria :

« Il y a eu pourtant des miracles autrefois. »

Mais l’autre répondit :

« Je le nie. Pourquoi n’y en aurait-il plus ? »

Magnétisme, Guy de Maupassant. 1882

  • Permet de jouer sur les niveaux de langue (familier, courant, soutenu)

2/ Le discours indirect

  • Parole rapportée entièrement insérée dans le fil de l’histoire / pas de rupture avec le récit
  • Verbe introducteur nécessaire : dire, croire, penser, reconnaître
  • Paroles rapportées insérées dans une proposition subordonnée introduite par que, qui, si, où, quand, comment
  • Pas de ponctuation spécifique / ponctuation du récit
  • Unité de ton avec le récit

Amusons-nous un peu en transposant notre 1er exemple ci-dessus de discours direct, au discours indirect :

Aussitôt que ses amis furent réunis, il leur dit qu’il allait  leur soumettre le cas le plus bizarre et le plus inquiétant qu’il n’avait jamais rencontré. »

  • Transposition induit un changement de temps (ici, du présent à l’imparfait et plus que parfait) = concordance des temps
  • Changement de personne (je > il)
  • Changement de pronom (vous>leur)


3/ Le discours indirect libre

  • Parole rapportée entièrement insérée dans le fil de l’histoire / pas de rupture avec le récit
  • MAIS pas d’insertion dans une proposition subordonnée ni de verbe introducteur
  • Paroles du personnage rapportées telles quelles, sans modification
  • MAIS pas de guillemets ou tirets
  • Rend souvent compte du monologue intérieur du personnage
  • Ponctuation du discours / expressive pour retransmettre le ton de la phrase
  • Permet de jouer sur les différents niveaux de langue

Quelles différences entre discours direct, indirect et indirect libre ?


Puis, il descendit aux chaudières, marcha lentement devant les foyers éteints, béants et inondés,
tapa du pied sur les générateurs qui sonnèrent le vide. Allons ! c’était bien fini, sa ruine s’achevait. Même s’il raccommodait les câbles, s’il rallumait les feux, où trouverait-il des hommes ? Encore quinze jours de grève, il était en faillite.

Germinal, Émile Zola. 1885


Exercice autour du discours direct et indirect


Transposer ce passage au style indirect


Puis, il descendit aux chaudières, marcha lentement devant les foyers éteints, béants et inondés, tapa du pied sur les générateurs qui sonnèrent le vide. Il pensa qu’à présent tout était bien fini, que sa ruine s’achevait. Et que même s’il raccommodait les câbles ou qu’il rallumait les feux, il ne trouverait pas assez d’hommes. Il réalisa que quinze jours de grève supplémentaires suffiraient à le mettre en faillite.

  • Insertion de parole rapportée dans une proposition relation introduite par la conjonction que 
  • Réapparition du verbe introducteur (il pensa, il réalisa)
  • Pas de changement de temps ou de personnes
  • Modification de la ponctuation : disparition de la phrase interrogative

                 

Transposer ce passage au style direct


Puis, il descendit aux chaudières, marcha lentement devant les foyers éteints, béants et inondés, tapa du pied sur les générateurs qui sonnèrent le vide et dit : «  Allons ! c’est bien fini, ma ruine s’achève. Même si je raccommode les câbles, si je rallume les feux, où trouverais-je des hommes ? Encore quinze jours de grève, et je serai en faillite. »

  • Verbe introducteur (dit)
  • Guillemets
  • Changement de temps (de l’imparfait pour le discours indirect libre au présent ici)
  • Changement de personne (il > je)
  • Pas de changement de ponctuation

Cette question a été utile ?

Moyenne de 5 sur 5 pour 1 votes.
En poursuivant votre visite sur ce site, vous acceptez l'utilisation de traceurs pour réaliser des statistiques de vos visites. Lire la politique de confidentialité.