La poésie a-t-elle le pouvoir d'apporter une consolation aux malheurs des hommes?

Réponse :

Pour réussir tes révisions, ta prof de soutien scolaire propose ce corrigé de dissertation de bac français ES 2019 donné au Liban.


La poésie a-t-elle le pouvoir d'apporter une consolation aux malheurs des hommes ? Ce sujet de dissertation de bac français 2019 fait l'objet d'un corrigé complet dont nous te dévoilons le contenu.


Analyse du sujet de dissertation


  • Le domaine de référence de ce sujet est uniquement celui de la poésie (il exclut donc le roman, le théâtre et l'essai). Puisqu'il n'y a pas de précision quant à l'époque concernée, il s'agira de se référer à des poèmes de différents siècles de l'histoire littéraire de la poésie en étant aussi varié que possible.
  • Il s'agit d'un sujet dialectique qui pose la question des effets (quel est le "pouvoir" de la poésie ?) et de la fonction de la poésie (quelle est son rôle ? À quoi sert-elle ?).
  • Le sujet invite à réfléchir aussi bien depuis le point de vue de l'auteur/du poète que de celui du lecteur.

Questions que pose le sujet


Dans quelle mesure la poésie permet-elle à l'homme de se soulager de ses maux et quelles sont les limites de cette consolation ? De quelle manière la poésie parvient à libérer l’homme de sa souffrance ? Donner un tel pouvoir à la poésie, n'est-ce pas la doter de plus que ce dont elle peut ?

La poésie doit-elle nécessairement avoir cette fonction consolatrice ?


Proposition de corrigé de plan


La poésie a le pouvoir de soulager une partie des malheurs de l’homme.

  • La poésie est le genre par excellence de l’élégie, du lyrisme ; le poète lui confie donc ses peines et ses malheurs afin de se soulager de ceux-ci. Il trouve du réconfort dans l’écriture : « Une feuille et un stylo apaisent mes délires d’insomniaques » dit Gaël Faye dans son poème Pili Pili sur un croissant au beurre (voir corpus). Il extériorise ses problèmes afin de s’en alléger (Les Contemplations de Victor Hugo, recueil hommage à sa fille Léopoldine, morte noyée). Cf. : voir aussi tous les autres poètes romantiques : la poésie romantique est lyrique par essence, elle exalte les émotions individuelles, les confidences.
  • La poésie a le pouvoir de sublimer les malheurs grâce à sa beauté qui lui est propre (voir les « Spleen » sur l’ennui et la mort de Charles Baudelaire dans Les Fleurs du Mal) ; cette esthétique poétique agit comme une échappatoire pour le poète.
  • La poésie permet à l’homme/au lecteur de prendre conscience de l’universalité des sentiments et émotions et ainsi, de se sentir moins seul face à ce qu’il ressent. Dans Si c’est un homme de Primo Lévi, l’auteur raconte sa déportation et sa vie dans le camp d’Auschwitz : il se remémore très souvent des passages de La Divine Comédie de Dante, ce qui lui permet de garder espoir.


Cependant, son pouvoir de consolation reste modéré.

  • La poésie a le pouvoir de consoler mais non de résoudre les problèmes. La consolation apporte un soulagement aux souffrances, un apaisement momentané. D’autant plus que la poésie peut raviver le souvenir de la souffrance (voir Le Lac, d’Alphonse de Lamartine) ou tout du moins, le maintenir vivace (comme lorsque Joachim du Belley s’adresse à la France, terre qui lui manque tant, dans son recueil Les Regrets).
  • La souffrance et les malheurs sont davantage une source d’inspiration qu’une consolation. Il suffit de penser aux auteurs romantiques qui trouvaient dans leur mélancolie, dans leur spleen, la source même de leur inspiration. La tristesse, la mort, l’abandon, la séparation… sont depuis toujours des thèmes privilégiés de la poésie (des danses macabres au Moyen-âge, à La Complainte du fusillé de Jacques Prévert, en passant par La Mort et le Bûcheron de Jean de La Fontaine).


La poésie a d’autres pouvoirs.


  • Le pouvoir de dénoncer : la poésie peut être engagée afin de défendre une cause (la paix, la liberté, la justice) ou d’en dénoncer d’autres (les abus de la religion, la guerre). Agrippa d’Aubigné a utilisé ce pouvoir dans son recueil Les Tragiques (1577-1616) afin de dénoncer les violences faites à l’encontre des protestants qu’il défend. On peut aussi penser au poème Liberté de Paul Eluard. En dénonçant abus et injustice, la poésie met en exergue les malheurs des hommes et participe à la reconnaissance de cette souffrance.
  • La poésie peut aussi n’être qu’une simple recherche esthétique, un pur travail sur les mots, la musicalité, comme le firent les poètes de la Pléiade au XVIe siècle, à la recherche de la perfection esthétique, puis au XIXe siècle et l’idéal de l’Art pour l’Art des poètes parnassiens, et même au XXe siècle avec le mouvement de l’OuLiPo qui s’inventa des contraintes d’écritures. Et pour le lecteur, la beauté et la musicalité inhérentes à la poésie, si elles ne le consolent de ses maux, le soustraient au moins un temps à ceux-ci.

Cette question a été utile ?

Moyenne de 4 sur 5 pour 15 votes.