Le bac approche et il est temps de prodiguer les meilleurs conseils pour se préparer aux épreuves écrites et orales. Dans ce cours de soutien scolaire SVT (partie II) , tout sur l'exercice de type 2.2.

Comment réussir son exercice de type 2.2 à l’épreuve écrite de SVT du baccalauréat ?

Vaste programme ! Avant tout, les rappels de base par notre désormais célèbre E-prof, Benoît :

Cet exercice vaut 5 points sur 16 à l’écrit et sera différent pour les élèves ayant suivi l’enseignement de spécialité.

C’est un exercice difficile car il nécessite de combiner une bonne analyse documentaire ainsi qu’un judicieux apport de connaissances au sein d’une démarche explicative rigoureuse.

Retrouvez ici la partie I de ce cours de soutien scolaire SVT :

Réussir la restitution organisée des connaissances

Description, déduction, connaissances

Concrètement il faut donc :

  • Clairement identifier dans votre formulation la saisie d’information pertinente dans les documents donc on écrira, de sa plus belle plume,  « Je vois que… », « Nous remarquons que… » ou encore « on peut observer que… » sans oublier de préciser le ou les documents observés.
  • Clairement identifier dans votre formulation les éléments que vous présentez à partir de votre raisonnement donc on dira, par exemple : « On en déduit que… » ; « J’en déduis que… » ou encore « Nous pouvons donc penser que… »
  • Enfin, faire appel aux connaissances quand cela vous paraît nécessaire pour apporter des précisions ou débloquer un raisonnement : « Or je sais que », « Or nous savons que » etc…

Deux erreurs de méthodes courantes :

  • Apporter en connaissances des éléments présents dans les documents : on ne pourra les valider puisqu’il s’agissait de les tirer des documents !
  • Interpréter les documents en vous appuyant sur vos connaissances ; il faut faire l’inverse : reconstruire vos acquis à partir des documents ; comme si vous expliquiez tout à quelqu’un qui n’y connaît rien….genre votre chat !

Pour mieux me faire comprendre, je vous propose maintenant de nous attaquer à un exemple (compliqué) d’un sujet que vous trouverez à cette adresse :

…et que je vous invite à lire avant de poursuivre…

Ça y est ?

Alors c’est parti !

Comprenez bien que je ne vous donne pas une correction toute faîte de l’exercice mais que je vous montre, en me mettant à votre place, comment le résoudre (et au passage on révise un peu de géologie) et comment gérer votre brouillon.

1ère étape : bien lire le sujet et y repérer les éléments importants !

N’hésitez pas à y passer le temps nécessaire…

brouillon svt tableau type 2.2

On comprend facilement que nous devrons rédiger deux paragraphes :

  • Le premier sur la comparaison des deux modèles.
  • Le second sur leur validité !

Il faut maintenant réfléchir à la problématique que nous présenterons dans l’introduction ; dans notre cas on pourrait définir ce qu’est un modèle (= représentation simplifiée de la réalité) puis expliquer qu’en géologie, on y fait souvent appel car il est difficile d’expérimenter sur des phénomènes qui nous dépassent spatialement et temporellement.

Enfin le problème serait  (choisissez le bon, réponse à la fin de l'article !) :

A : « Comment expliquer le magmatisme des zones de subduction de l’archéen ? »

B : « Comment valider les modèles visant à expliquer l’origine et les différences du magmatisme des zones de subduction à l’Archéen et aujourd’hui? »

C : « Le magmatisme des zones de subduction à l’Archéen était-il le même qu’aujourd’hui ? »

N’oubliez pas d’annoncer le plan !

2ème étape : Allez, on attaque les docs !

Le doc 1 présente les deux modèles via deux schémas, donc c’est clair : mon premier paragraphe sera consacré au doc 1 !

épreuve bac SVT tableau type 2.2 sur le magma

Maintenant j’observe  et je commence par celui de droite, l’actuel, car il m’est familier et je le connais !

  • Origine du magma = fusion partielle des péridotites de la plaque chevauchante
  • Zone de fusion partielle à 100 km de profondeur environ
  • Parallèlement la CO se déshydrate

Je ne vois plus rien d’autres à dire… je passe à celui de gauche pour l’Archéen

  • Origine du magma = CO
  • A une profondeur moindre d’environ 50 Km
  • Quand elle fond, elle est hydratée mais déshydratée ensuite. L’eau s’est échappée avec le magma.

Tiens ! On me demande une comparaison, je pourrais le faire sous la forme d’un tableau ! Pourquoi pas…je gagnerais du temps…

Jusque là ça va ! Passons au doc 2, il m’a l’air plus costaud !

Bac SVT, fusion croûte océanique tableau type 2.2

Je lis bien le titre car il est long et va me permettre de bien aborder le document.

Bon, ça concerne la CO hydratée ou non et dans les deux zones de subduction, actuelle et archéenne.

Finalement je vais peut être faire un second paragraphe pour la CO puis un troisième pour les péridotites ?

Je me rappelle mon objectif : valider les modèles !

Donc je dois l’utiliser pour montrer qu’à l’archéen elle peut fondre à 50 Km de profondeur en étant hydratée mais pas aujourd’hui ; aujourd’hui elle ne fond pas mais se déshydrate seulement.

Donc je dois procéder étape par étape !

D’abord la situation actuelle ! Je dois donc regarder le gradient géothermique actuel ! Mais le doc ne dit pas ce que c’est ; donc je dois le faire ! C’est une connaissance à apporter !

  • Gradient géothermique = géotherme = Evolution de la température en fonction de la profondeur du globe. Les roches se situent forcément sur ce géotherme.

J’ai trois autres courbes : la courbe de déshydratation qui sépare le graphique en deux zones grise (=CO hydratée) et blanche (= CO déshydratée), le solidus de la CO hydratée et le solidus de la CO déshydratée.

Ces termes ne sont pas définis donc à moi de la faire ! Je le note :

  • Solidus = courbe séparant le domaine de pression et de température où une roche donnée sera solide du domaine où elle sera partiellement fondue.

Mais j’y pense, je peux aussi expliquer d’où vient ce document :

  • Ce type de diagramme est obtenu en laboratoire en soumettant les roches à toutes les températures et pressions possibles et en observant leur état ensuite.

J’observe :

  • Le géotherme Archéen est différent de l’actuel : pour une même profondeur, il faisait plus chaud.
  • Aucun des deux géothermes ne coupe le solidus de la CO anhydre. Donc pour fondre elle doit être hydratée !
  • Le géotherme actuel  recoupe la courbe de déshydratation à une profondeur d’environ 90 Km pour une température d’environ 600°C. Donc elle ne peut plus fondre. Cela correspond au modèle ! Je ne dois pas oublier de le dire pour répondre au problème !
  • Le géotherme archéen recoupe le solidus de la CO hydratée (à 600°c pour 50 Km) avant de recouper la courbe de déshydratation (à 650 °C vers 60 Km). Donc elle fond à 50 Km de profondeur avant de se déshydrater. Cela valide le modèle !

 

Allez, au doc 3 !

bac SVT sur la subduction

J’observe : le titre m’indique que cette fois on passe aux péridotites mais que le principe est le même que le doc 2. Parfait !

  • Aucun des deux géothermes ne recoupe le solidus de la péridotite anhydre. Donc pour fondre dans les conditions naturelles, elle doit être hydratée !
  • Dans le doc2 on a vu que la CO se déshydratait, on peut donc postuler (je fais comme si je le savais pas) que la déshydratation de la CO entraîne l’hydratation des péridotites sus-jacentes. D’où le solidus de péridotite hydratée !
  • Le géotherme actuel recoupe ce solidus à une profondeur de 90-100 km environ pour une température de 800°C environ donc la fusion est possible dans les conditions naturelles. Ces valeurs valident le modèle !
  • A l’archéen les péridotites ne sont pas hydratées par la CO car elle fond avant donc les péridotites ne peuvent pas fondre.

Je crois que c’est bon, j’ai tous les éléments pour répondre au problème.

3ème étape : Quel plan vais-je adopter ? A votre avis ?

 

Plan A :
1er paragraphe doc 1 comparaison des deux modèles

2ème paragraphe doc 2 le cas de la CO aux deux périodes

3ème paragraphe doc 3 le cas des péridotites

Plan B :
1er paragraphe doc 1 comparaison des deux modèles

2ème paragraphe doc 2 et 3 le cas de la période actuelle

3ème paragraphe doc 2 et 3 le cas de la période Archéenne

Je ne dois pas oublier de conclure en veillant à ce que ma conclusion soit un bilan clair répondant au problème de départ !

Pour finir, si vous le souhaitez, je vous invite à reprendre ce sujet (sans cet article) et à le rédiger puis à nous le proposer en correction lors d’une requête ; nous y répondrons avec plaisir.

A bientôt pour un nouveau cours de soutien scolaire SVT !

Le bon problème était le B

Le bon plan était… celui que vous souhaitez car les deux sont bons !

 

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à la question suivante *